Carnet de route de Roux Joseph

                  

                      éclaireur monté au 11° hussards

                          détaché au 61° régiment d’infanterie

                          30° division 60° brigade 15° corps

                                                          photo_ROUX_Joseph_a_cheval

2 août 1914

  Départ pour Tarascon

3 et 4 août

  Préparatif de mobilisation

5 août

Embarquement à 5H par Avignon, Pont Saint Esprit ou nous recevons un bon accueil. A 11H du soir à Anse, Villefranche sur Saône.

7 août

Débarqué à Vézelise à 5H du matin. Nuit froide. Répartition des détachements. Le soir cantonnés à Vaudeville. A 24H le 61° nous rejoints.

8 août

Départ de Vaudeville pour Selle sur Moselle. Arrivé le soir et placé comme vedette le long de la Moselle au soleil couchant sur un prunier.

9 août

  Jour de fête de Sérignan. Au carrefour du château de Ferriéres avec mission de ne laisser circuler personne sans passeport. Le soir cantonné à Velle-sur-Moselle.

10 août

Départ de Velle-sur-Moselle en passant par Saffais, Rosiéres-aux-salines. Temps de brouillard, cantonné aux écoles.

11 août

Départ pour Serre. Le long du chemin vu Bonély et Michel. Le soir en arrivant vu Bernardi de Sérignan et Uchaux. Jour du combat de Lagarde et Parroy par le 58°, 40°, 19° etc.…

12 août

Resté à Serre parti à 10 h du soir pour Courbesseaux.

13 août

La journée à Courbesseaux à faire des tranchées. Couché le soir sous les pruniers à la belle étoile.

14 août

Départ de Courbesseaux le matin. Grand rassemblement de troupes et direction sur la frontière. Le soir couché dans les avoines.

15 août

En avant toujours et reçu le baptême du feu par l’artillerie ennemie, le soir arrivé avec la pluie par de mauvais chemin à Moncourt au-delà de la frontière.

16 août

Départ de Moncourt en patrouille sur le champ de bataille de la veille, visite du Bois de Lacroix y rencontre M. Roussiére et L. Paillon du 58°. Le soir pluie et prise de ferme de Marimont. Assaut à la baïonnette ?

17 août

Alerte à 3 reprise. Contre attaque repoussé et départ de la ferme à travers champs dans les avoines et les blé. A l’aube en avant par Donnelay Juvelise et arrivé à Blanche Eglise. Couché sous la pluie dans les blés tout mouillé sous un arbre.

18 août

Resté dans les champs le soir cantonné à Juvelise.

19 août

Parti de Juvelise à 10H du soir passant par Blanche Eglise. Détaché au lieutenant adjoint dans les Salines. Arrivé à Dieuze à l’aube remonté à la ferme X là ou les premiers blessés du 61° ont commencé d’arriver, parti ensuite avec le colonel à la gare de Vergaville et passé la journée sous les obus et la pluie de fer et de mitraille. Retourné couché à la  ferme X.

20 août

A l’aube grand combat à Vergaville demi tour sur Dieuze, Blanche église et Juvelise. Couché à Moncourt. Très peu dormi. Reparti à 2H du matin.

21 août

Départ de Moncourt pour la 2° fois à Dombasle. Repas de midi le long du canal X

22 août

Continuation de la retraite par Rosière et St Remimont. Couché dans un grenier avec un petit chat.

23 août

Départ de St Remimont et cantonné autour du château Ferriéres. Vu Porchon et Achaume du 40°. Le soir cantonné à Velle-sur-Moselle.

24 août

Même journée que précédente. Couché dans les cahutes des marsouins.

25 août

Mouvement en avant et attaque à Haussonville dans la matinée le soir l’ennemi se repli en quittant Blainville, fais 2 prisonniers. Nous avançons trop vite, avons été tiré par notre artillerie. En se retirant l’ennemi incendie Blainville au 2° obus de 75. Après une fausse direction en patrouillant l’ennemi en déroute. Etions tout prés de Lunéville. Demi tour sur Mont, les 2 mitrailleuses dans le cloché mirent la panique et nous obligèrent à évacuer le village à 3 reprises.

26 août

A la pointe du jour le 61° et le 58° attaque à Mont. Pertes assez considérables. L’ennemi est encore refoulé sur Lunéville après 2 jours de combats acharnés. Couché à Blainville.

27 août

Journée de pluie restée sur la position entre Blainville et Mont, la 60° brigade soutien le feu.

28 août

A Dameleviéres en réserve ou l’ennemi avait laissé un pont de génie complet sur la Meurthe.

29 août

A Blainville  vu 1 détachement de prisonniers Allemands et 2 Mitrailleuses. Vu Bonnet

30 août

Départ pour la forêt de Vitrimont dans la nuit. Le mouvement déjoué, nous fimmes  demi tour.    

1 septembre 1914

De nouveau départ pour la forêt de Vitrimont par Dameleviéres toujours de nuit. Pris l’attaque en arrivant. Forte mitraille, nombreux blessés par les grosses pièces ennemies.

2 septembre

dans la nuit occupés à faire des tranchées et occupation de celle-ci. Dans la journée l’ennemi semble tranquille et en petit nombre après avoir eu de nombreuses pertes. Le soir allé porter un pli au château de Adoménil prenant par la ferme St Anne et par la lisière du bois de Vitrimont arrosé pas les obus ennemis. Egaré dans la forêt. Arrivé avec 1H de retard, rejoint le 61° à Damleviéres. Couché dans le pays.

3 septembre

Le régiment était en repos. Ce jour là je reçois la première lettre datée du 11 août.

4 septembre

Changement de position pour se porter du coté de Bar-le-Duc par étapes ou par voie ferrée. Départ de Damleviéres à la 1° heure par ceintrey. Arrivé à 2H du matin. J’ai pris une rangée de peupliers pour une colonne.

5 septembre

Départ de Ceintrey en passant à Domremy (Vosges) et Vézelise. Ma jument boite. Je fais l’étape à pied. Arrivé à gondrecourt ( Meuse) .

                                                             photo_ROUX_Joseph_a_cheval3

7 septembre

Départ de Gondrecourt à 8H du matin pour Longueville puis Bar-le-Duc. Vu Roussiére. Passé la nuit dans la forêt du chêne à le recherche d’une batterie et le restant à Savonniéres.

8 septembre

Savonnières, Bar-le-Duc et direction Vicourmont. En contact avec l’ennemi qui tente une attaque sur Bar-le-Duc.

9 septembre

Echec à l’attaque ennemie. Changement de direction en repassant par Bar-le-Duc, Trémont/Sault, Robert, Espagne, et Trois-Fontaines. Pris le combat à Maison-blanche. Assaut à la baïonnette pris part.Couché sous un arbre au carrefour. Prisonniers Allemands. Le soir couché au RDV des chasseurs à la pluie sous un arbre. Prise d’un drapeau.

10 septembre

A l’aube dans la forêt de trois-Fontaine en patrouilles reçus par une forte fusillade. Jument blessée par une balle au cours de ma mission. Reprise du combat entre     Maison-Blanche et Andernay. Le soir on se replie on contre-attaque par flanc. Ennemi repoussé. Couché dans la cabane du garde forestier avec les éclaireurs du 40°.

11 septembre

Rejoint le 61° qui part pour Andernay ou l’ennemi avait évacué le soir. Temps à la pluie. Couché à Sermaize village complètement détruit.

12 septembre

Journée passée à Sermaize-les-bains. Reparti avec la pluie sur Mongneville.

13 septembre

Passant par Condé cantonne autour de L’Isle en Beauvais.

14 septembre

A la première heure départ  de l’Isle en Beauvais tout en poursuivant l’ennemi. Traversé un champs de bataille ou de nombreux cadavres gisaient au sol (victimes des forts de Verdun ou l’ennemi s’était retiré. Cantonné à Lavagne. Village toujours brûlé et bombardé à fond.

15 septembre

Partis de Lavagne tout en poursuivant l’ennemi qui se retire sur Monfaucon, passé à Rampont (brûlé) Dombasle en Argonne, resté au penchant de la montagne pour faire reposer l’infanterie qui fait des étapes forcées, cantonné à Béthelainville.

16 septembre

Départ de Béthelainville restant en réserve à Vignéville. Reste avec les mitrailleurs. Temps à la pluie. Même cantonnement.

17 septembre

Toujours en réserve entre Vignéville et Béthelainville. Beau temps. Couché sur place.

18 septembre

Partis à 5H du matin. Passé à Monzéville. A Esnes la queue de la colonne a été bombardée à l’entrée du village par des obus de gros calibres. Nous sommes repéré passé la lisière du bois d’Esnes, le ravin d’Avocourt en patrouille dans la forêt pour chercher un chemin non occupé par les boches. Un loup égaré est tué à petite distance. Arrivé sous la pluie à Avocourt. Le soir je suis planton à la mairie. Bombardement de nuit dans le village. Eglise bombardé clocher penché.

19 septembre

A la recherche du train de combat. Duel d’artillerie dans la nuit. Tranchées faites par les fantassins et occupées aussitôt. Le soir planton du lieutenant colonel Capxir ? du 55°.

20 septembre

Quelques reconnaissances repoussées.

21 septembre

Bataillon du 173° et une section du génie prisonniers à l’assaut de Monfaucon.

22 septembre

A la tombé de la nuit départ pour le bois de cheppy. J Gaulin blessé par un obus, sont cheval tué. Passé la nuit sous un gros chêne.

23 septembre

Journée remarquable : le matin attaque nous avançons non sans pertes. Le commandant Allixes et le colonel Capxir tués. Le soir les boches exécutent un mouvement tournant nous sommes obligés de nous replier rapidement, étant à la disposition du général Gassard du 5° corps, je reçois l’ordre de porter une mission au colonel du 89° qui se trouve dans la forêt. A mon arrivé il était parti et je restais avec de grandes difficultés et beaucoup de contrariétés. J’étais cerné que faire ?…..du sang froid et exécution. Le soir délivré et dirige sur Aubréville par le Mont des Allieux.

24 septembre

Rejoint le capitaine Brajarme ? Parti avec lui pour Dombasle par Parois et Recicourt. Le soir reçu l ordre d attendre sur la route des ordres nouveaux. Le soir cantonné à Dombasle.

25 septembre

Passé la journée à chercher les éléments du 61° qui avaient été dispersés dans la forêt après avoir laissé des prisonniers et en avoir pris.

26 septembre

Parti à deux heures du matin de Dombasle à la disposition du général Colle après plusieurs courses de liaisons, le 61° fut reformé. Cantonné à Béthelainville l ennemi restait toujours sur les positions de Monfaucon.

27 septembre

Rassemblement du 15° corps d armé à Béthelainville pour se porter du côté de Saint Mihiel. Le soir contre ordre. Le 61° ayant écopé salement se porte en réserve sur les positions de Aubréville, Brabant, Brocourt.

28 septembre

Décoration  du capitaine Guichard du 7° génie (croix de la légion d honneur) à Aubréville. Prise d’armes. Le soir allant faire une course à Dombasle je rencontre Noré 15° et Achaume 46°.

29 septembre

Visité Vraincourt à la disposition du premier bataillon. Le soir bombardements à longue portée. Relevé, je rejoins les autres à Brabant. Y ais vu Roustau. Couché à Brocourt.