5 août 1914           L'ordre de mobilisation a été communiqué au corps le samedi 1er août 1914. Le premier jour de mobilisation était le dimanche 2 août 1914. Les opérations de la mobilisation se sont déroulées normalement telles qu'elles étaient prévues au journal de mobilisation du corps. L'Etat-Major, le 1er bataillon et la C.H.R. active ont quitté leur garnison d'Avignon le mercredi 5 août 1914 à 17h 25 et se sont embarqués à la gare du Pont d'Avignon le même jour à 20h 54.

6 août 1914           Le 2e bataillon a quitté Avignon le jeudi 6 août 1914 à ? et s'est embarqué à la gare d'Avignon, rive gauche le même jour. Le 3e bataillon a quitté la garnison d'Avignon le même jour et s'est embarqué à la gare d'Avignon à ? . L'effectif au départ était de ? hommes et ? officiers.

7 août 1914 (3 h 30)             Les 3 éléments de transports ont débarqué à la gare de Vézelise (Meurthe-et-Moselle), le 1er élément à ? , le 2e élément à ? , le 3e élément à ? . Après le débarquement, le corps va occuper les cantonnements suivants :

   E.M. – C.H.R. – 2e bataillon                              Benney

   3e bataillon                                                          Ceintrey

   1er bataillon (3e compagnie)                              Crévéchamps

Une compagnie aux avant-postes à Velle-sur-Moselle. A 17h, le corps reçoit l'ordre de se porter aux avant-postes :

   E.M. – C.H.R. – 2e bataillon                              Ferrières-Haute [ en  fait Ferrières ]

   3e bataillon                                                           Saffais 

   1er bataillon                                                          ?

8 août 1914           A 11h le corps reçoit l'ordre de se porter à la bifurcation de la route de Saffais et Ferrières-Haute, point de rassemblement de la 59e brigade. Le XVe corps d'armée se porte en deux colonnes sur la Meurthe. La 59e brigade constitue la tête de la colonne de gauche et franchit la Meurthe à Rosières-Salines à 16h 30 et s'arrête à Flainval où il stationne en cantonnement d'alerte couvert par des avant-postes sur la ligne Vitry-mon-Château [ sûrement Vitrimont ]  /  ferme Léouron  /  ruisseau Le Moulinet.

9 août 1914 (3h 30)              La 59e brigade se dirige sur Haraucourt par Crévic et s'arrête à 200 mètres au nord de ce village à 8h où elle stationne de 11h à 14h 30. Le 58e régiment d'infanterie est dirigé sur les cantonnements suivants :

   E.M. – C.H.R. 1er et 2e bataillon                        Einville [ en fait Einville-au-Jard ]

   3e bataillon                                                           Hénaménil

10 août 1914         A 1h le régiment se dirige :

  1er bataillon sur Réchicourt [ en fait Réchicourt-la-Peite ] avec avant-postes sur Bezanges-la-Petite. 

  2e bataillon à Coincourt avec avant-postes à Moncourt et aux bois du Haut de la Croix.

  3e bataillon à Moncourt avec avant-postes à Xures.

l'Etat-Major, la C.H.R. et un bataillon du 40e régiment d'infanterie à Parroy.

La 3e compagnie en grande garde à Bezanges [ Bezanges-la-Petite ] a 6 hommes blessés par obus.

11 août 1914         Bombardement intense du 3e bataillon suivi d'attaque de Lagarde. Le bataillon violemment bombardé par de l'artillerie lourde est décimé par des feux de mitrailleuses et d'une infanterie supérieure à la nôtre, est complètement anéanti. Le colonel est à Coincourt, avec le lieutenant Lapenne du 58e RI. Vers 14h, les 1er et 2e bataillon du 58e RI reçoivent l'ordre de se porter sur les hauteurs de la ferme de la Fourasse [ il semblerait que ce soit à 1 km 750 à l'Ouest du village de Bures ? ]. La C.H.R. va cantonner à Serres. Dans l'après-midi, le colonel reçoit l'ordre de résister sur place coûte que coûte et d'organiser la position défensivement (insulte du lieutenant Antheinat –E.M. de la 2e DI de cavalerie, vis à vis des provençaux).    Pertes : 969

Combat de Lagarde (Lorraine annexée) 11 août 1914 : extrait du carnet de route d'un médecin, probablement de l'oberarzt Walter, commandant une compagnie sanitaire à l'armée bavaroise, fait prisonnier à Hermaménil [ sûrement Xermaménil ] (Meurthe-et-Moselle) le 27 août 1914.

"Lagarde était occupée par une brigade mixte (40e et 58e). De notre côté prennent part aux combats deux bataillons de chasseurs bavarois (II/138e et I/131e), les régiments de uhlans bavarois n°1 et 2, le régiment d'artillerie de campagne n°15. L'artillerie avait engagé le combat avec un succès inespéré sans aucune perte. Mais les chasseurs commencent l'attaque par l'Est trop tôt et trop vite. Cette faute du bataillon II/138e entraîne dans la même erreur le bataillon I/131. Les conséquences furent des pertes énormes de notre côté devant la position trop forte des français (un sous-officier et des hommes du 131e récriminent à côté de moi contre cette conduite insensée). Les uhlans bavarois à leur tour attaquèrent le village, mais ils furent complètement ("ganz" dans le texte) fauchés par les mitrailleuses. Il y avait des mitrailleuses partout, notamment dans le clocher. Aussi, lorsque ce dernier fût touché, on sentit un fléchissement chez l'ennemi, bien qu'une fusillade intense continuait à pleuvoir des maisons. A ce moment, arrive la compagnie sanitaire. Spectacle pénible... Il y a des blessés partout et des deux partis. On les porte dans les granges, on les y couche. L'évacuation se fait lentement jusqu'à 2h de la nuit et de nouveaux blessés arrivent sans cesse. De notre côté nous avons deux bataillons et deux régiments de cavalerie presque anéantis."

12 août 1914         Le régiment occupe les mêmes emplacements

13 août 1914         Même situation ; rien à signaler. La C.H.R. est à Genillencourt

14 août 1914         La 59e brigade se met en route à 7h pour marcher vers l'est

15 août 1914         Le régiment cantonne à Coincourt. Le soir attaque du château de Marimont [ 1,5 km au nord du village de Bourdonnay ], déjà occupé par les chasseurs. Cantonnement au château. Le lieutenant ... ?

16 août 1914         Marche sur Marsal (canton de Juvelize).

17 août 1914         Le régiment cantonne à Juvelize (Lorraine annexée)

18 août 1914         Le régiment remplace à 10h les avant-postes de la 60e brigade.

19 août 1914         Départ de Juvelize. Direction Saint-Médard, par Blanche-Eglise et Muleng [ erreur sûrement Mulcey ]. Le régiment traverse le village de ? , dès la sortie formation de combat. Mission : tenir les lisières sud de la forêt de Bride et Koeking entre le moulin de Beck et Saint-Médard. Dès l'arrivée à Saint-Médard, le corps reçoit un nouvel ordre de se porter sur le carrefour central de la forêt de Bride et Koeking et de se mettre à la disposition du général commandant la 60e brigade. Bientôt après, le colonel commandant la 59e brigade donne l'ordre au 58e RI de se porter par la forêt de Bride et de Koeking sur les cotes 339 et 348 (au nord de la forêt) pour y assurer la liaison entre le XXe corps d'armée à l'ouest et la 60e brigade à l'est.

Dès l'arrivée sur les lisières nord de la forêt, les unités de couverture ouvrent le feu sur des détachements ennemis en

marche sur les mêmes lisières. Ces détachements ennemis se précipitent dans des tranchées préparées à l'avance et l'artillerie ennemie entre immédiatement en action, alors que la notre ne coopère en rien à l'action du 58e RI.

Après un combat d'une violence inouïe, le corps apprenant qu'il allait être soutenu par des unités du 40e RI est amené

à engager toutes les unités, moins une compagnie de réserve (4e compagnie – capitaine Jaubert) pour s'assurer la possession des lisières de la forêt. Le feu concentré de l'infanterie et de l'artillerie adverse devient formidable. Une attaque surgit bientôt sur son flanc droit avant l'intervention du 40e RI, toujours attendu et qui n'apparaît pas. Avec la compagnie de réserve (4e compagnie) le colonel. Drapeau en mains, accueille par une contre-attaque violente le mouvement débordant de l'ennemi qui disparaît. Mais le régiment ne peut désormais que se replier sur le carrefour central ou il trouve le 40e RI et reçoit bientôt l'ordre d'aller à Kerprich.   Pertes : 700

20 août 1914         A 0h 30 le corps reçoit l'ordre d'être rassemblé à 4h 45 à la lisière nord-ouest de Kerprich, les deux régiments , en colonne double accolée (40e à droite). Le régiment  est réorganisé à 8 compagnies. Il se porte ensuite en avant au sud de la crête 247 – 251. Il est appelé aussitôt à engager six de ses unités sur la crête, deux unités restent en réserve au sud-est de 247. L'arrivée du 173e RI à la gauche de la ligne permet de rappeler une compagnie rassemblée au sud de 247 et bientôt portée au sud du ruisseau du moulin "Ladame" pour assurer le repli de toute la ligne. Après le recul du 173e RI et le repli de l'aile droite, le 58e RI reste en flèche sur la ligne, violemment fusillé et canonné par l'adversaire, se replie enfin, protégé par la compagnie installée en repli au sud du ruisseau de Moulin "Ladame".

                               Les fractions du régiment se replient progressivement vers Blanche-Eglise et se rassemblent aux environs de Juvelize vers 17 h. Les pertes de la journée furent sévères : 450. Le régiment se constitue à quatre compagnies, la C.H.R. et une C.M. Ordre d'un nouveau repli fut apporté par un officier. Itinéraire : Montcourt – Parroy – Einville – Dombasle-sur-Meurthe où le bataillon arrive vers 16h le 21 août.

22 août 1914         Le bataillon se réorganise complètement (cadres, vivres, munitions, etc.). Départ de Dombasle le 22, vers 12h. Itinéraire : ? arrivée à Crévéchamps vers 8h le 23

23 août 1914         Repos

24 août 1914         Marche sur Velle-sur-Moselle. Le soir, ordre de poursuite sur Blainville [ sûrement Blainville-sur-l'eau ] où la présence des allemands a été signalée. Arrivée vers 24h. L'ennemi est parti depuis quelques heures. Quelques maisons flambent. Cantonnement d'alerte.

25 août 1914         Cantonnement d'alerte à Blainville.

26 août 1914         Continuation de la poursuite dans la direction de Lunéville – Hénarménil par le XVe corps d'armée. Le bataillon du 58e RI marche derrière deux groupes d'artillerie divisionnaire. Départ de Blainville à 4h 50. Le bataillon traverse la Meurthe sur un pont construit par le Génie allemand et pénètre dans la forêt de Vitrimont. A droite se trouve le XVIe corps d'armée, à gauche le XXe corps d'armée. Le bataillon repousse des détachements ennemis et traverse le pont de Mont. Il atteint la gare de Mont qu'il organise défensivement.   Pertes : 25

27 août 1914         Ordre de rester sur place et de résister à toute attaque. La liaison est établie avec les éléments du 26e bataillon (XXe corps d'armée) qui se trouve à la Faisanderie et à la ferme Saint-Richard. Le corps d'armée est à Haussonville. La division d'infanterie à Blainville.

28 août 1914         Le XVe corps d'armée doit atteindre les hauteurs nord de Lunéville. Le bataillon du 58e RI assure la liaison avec le XXe corps d'armée en contribuant aux progrès du corps d'armée par son action à la lisière est de la forêt de Vitrimont.

29 août 1914         Forêt de Vitrimont. Le bataillon quitte ses positions à 19h 30 pour venir cantonner au château d'Adorménil. Il laisse en position un peloton à la "Guinguette" et un peloton et la section de mitrailleuse au Pont. Renfort de 990 hommes et de 7 officiers de réserve.   Pertes : 20

30 août 1914         ---------------

31 août 1914         Continuation des travaux de défense (ligne Mont et croupe au sud, avec tête de pont en avant de Mortagne ; une compagnie du 58e est à la disposition du colonel commandant l'AD/30 à Mont pour l'organisation des positions d'artillerie, croupe cote 283. Le 61e RI relève le 58e RI qui quitte Mont dès 11h 45 pour reprendre sa position du 30, à Adormènil.

1er septembre 1914              Relève du 40e RI par le 58e RI à l'est de Rehainviller.

2 septembre 1914 Les 2 bataillons du 58e RI sont en ligne au débouché est de Rehainviller en se prolongeant vers la Meurthe, passe vers l'est par le cimetière de Rehainviller et se prolonge vers la cote 271 : 1 compagnie au pont du chemin de fer sur la Meurthe, 1 compagnie se trouve à la Tuilerie (débouché sud à Rehainviller). La liaison est établie par bateau avec le château d'Adorménil. L'Etat Major de la 59e brigade étant rappelé à Mont, le commandement de la 1re ligne à Rehainviller est exercé par ? .

3 septembre 1914 Continuation de renforcement de la position de Rehainviller – cote 271 – Mont – 283.

4 septembre 1914 ---------------

5 septembre 1914 Départ de Crèvechamp à 5h 45. Itinéraire : Benney – Ceintrey – Vézelise – Gélaucourt – Battigny. Cantonnement à Gélaucourt et Battigny.

6 septembre 1914 Les deux bataillon cantonnent à Vouthon-Bas. Un renfort de 850 hommes arrive au corps et 4 officiers de réserve du 255e RI. Ils forment le 3e Bataillon.

7 septembre 1914 La 30e DI est transportée par voie ferrée dans la direction Nançois, Ligny-en-Barrois. L'embarquement a lieu en gare de Gondrecourt en deux trains. Départ à 9h 37. Débarquement à Longeville [ sûrement Longeville-en-Barrois ] le 7 vers ? . Nous sommes rattachés à la IIIe Armée. Le corps se porte devant Bar-le-Duc par Savonnières [ sûrement Savonnières-en-Barrois ] et bivouaque dans la clairière est du bois de Combles. La 59e brigade occupe le secteur Bois des Hermes – ferme Saint-Martin – ferme Saint-Michel, se relie à Combles, à la 29e DI et la 60e brigade à gauche. L'Etat Major de la division à Longeville. L'Etat Major de la 59e brigade à la ferme Saint- ? .

8 septembre 1914 ---------------

9 septembre 1914 Le 2e bataillon (capitaine Lapenne) est mis à la disposition du Ve corps d'armée (Couvonges)

10 septembre 1914               Au matin le colonel Jaguin est grièvement blessé par un éclat d'obus à la face. Le commandement est passé au commandant Delpeuch du 3e bataillon.

     Au matin le colonel Jaguin est grièvement blessé par un éclat d'obus à la face. Le commandement est passé au commandant Delpeuch du 3e bataillon.

    La mission du 58 e  R.I; est avec le bataillon, d'attaque sur la corme sud-est du Bois Faux-miroir (château) après avoir franchi la Beuse.

    L'attaque se fera en même temps que celle du 173 R.I, placé à gauche.

    Les 2 bataillons progresse rapidement et s'emparent de la lisière sud du bois de Faux-miroir, du château et progresse à nouveau sur Révigny.

    Le bataillon Masseilles se forme sur la rive nord de l'Etang, en soutien.

       Commandant Delpeuch du 58 ( groupe est de mognéville)

  " Déclancher immédiatement l'attaque sur la Beuse et le lisière sud du bois du Faux-miroir. Assurez  bien votre liaison à gauche avec l'attaque exécutée par le 173 R.I qui débouche de Mognéville. La 29 D.I  attaque en même temps que vous sur votre droite. Elle se dirige sur la droite. Elle se dirige sur la à l'Est du bois de Faux-miroir."

                                                                          Midi 15

                                                                                          Signé: Marillier 

16H55. Commandant Delpeuch.

" L'artillerie va battre encore les tranchées basses. Il faudra ensuite pousser votre mouvement en avant. N'hésitez pas à franchir la Beuse en passant à gué, dut-on avoir de l'eau jusqu'au ventre. Faites essayer d'abord par quelques hommes. Votre attaque va bien, mais dés que ce sera possible, il faut grimper sur la pente opposée attaquer les allemands à la baïonnette. Ils lâcheront pied. Alors feux de salve. Attendez, pour ce coup de force, que votre batterie envoyée à Mognéville ait battu les tranchées basses. Saisissey l'occasion pour en finir."

                                                         Signé;  Marillier

PERTES:  214